Previous Page Table of Contents Next Page


Epidemiologie et ecopathologie des pneumopathies des petits ruminants en zone semi-aride de l'Afrique de l'ouest - Epidemiology and ecopathology of respiratory diseases of small ruminants in semi-arid West Africa

A. Traoré

Programme des Zones Semi-aride et Subhumide
Centre International pour l'Elevage en Afrique
B.P. 60
Bamako
Mali

et

R. T. Wilson

Réseau de Recherche sur les Petits Ruminants
Centre International pour l'Elevage en Afrique
B.P. 5689
Addis Abéba
Ethiopie


Résumé
Summary
Introduction
Prévalence et incidence économique
Considérations étiopathogeniques
Possibilités de lutte contre les pneumopathies
Conclusions
References


Résumé

A partir d'une revue sommaire bibliographique centrée sur la zone semi-aride ouest-africaine et les expériences personnelles des auteurs en zone sahélienne du Mali, il est rapporté divers résultats relatifs à l'épidémiologie et l'écopathologie des pneumopathies chez les petits ruminants. Les perspectives actuelles de lutte et les domaines de recherches futures sont indiqués. Les pneumopathies avec une participation souvent de plus de 50 p.cent aux causes de mortalité constituent, dans l'ensemble de la région, la pathologie majeure des petits ruminants. Les différentes enquêtes sero-épidémiologiques attestent l'existence des principaux virus et bactéries à tropisme respiratoire. Les essais de vaccination sont restés d'un impact modéré sur l'évolution du syndrome pneumopathique. La nécessité de la prise en compte dans la lutte contre les pneumopathies des petits ruminants de mesures d'ordre gestionnel est soulignée.

Summary

A short literature review and the personal experiences of the authors in the Sahelian zone of Mali are used as a basis for describing the epidemiology and ecopathology of small ruminant respiratory diseases. Prospects for control and future research priorities are outlined. Respiratory diseases often cause more than 50% of deaths in the West African semi-arid zone and are the major disease problem in small ruminants. A number of surveys has proved the presence of the principal respiratory viruses and bacteria. Attempts to overcome the problem by vaccination have had only limited success in controlling outbreaks. The necessity of using management techniques in any campaign to control the complex of respiratory diseases is emphasized.

Introduction

Pneumopathies et maladies systémiques à composante pulmonaire marquée, comme la peste des petits ruminants et la pasteurellose, semblent constituer partout en Afrique tropicale la pathologie majeure des petits ruminants. Aussi bien en zone humide comme au Nigéria (Adeoye, 1985; Obi, 1985; Opasina et Putt, 1985; Ojo, 1987), qu'en zones sahéliennes comme au Sénégal (Bourdin, 1979; Leforban et al, 1984; Sarr et al, 1987a), en Mauritanie (le Jan et al, 1987), ou au Mali (Traoré, 1985; 1987; Maïga et Sarr, 1988), les pneumopathies sont signalées comme l'une des importantes causes de mortalité. Sévissant généralement en saison froide dans les zones sahéliennes (Traoré, 1983; le Jan et al, 1987; Sarr et al, 1987b) elles sont très redoutées des agropasteurs chez lesquels une réelle psychose de la maladie s'installe dès l'approche de cette saison (Traoré, 1983; 1985). Malgré le dynamisme qu'ont connu, ces dernières années, les recherches sur le syndrome pneumopathique des petits ruminants, force est de constater que celui-ci continue encore de constituer un réel problème aussi bien pour le vétérinaire de terrain que pour l'homme de laboratoire.

La présente communication fait le point des connaissances nouvellement acquises sur ce syndrome dans la région de l'Afrique de l'Ouest où le problème se pose avec beaucoup plus d'acuité.

Prévalence et incidence économique

La présence du syndrome pneumopathique est signalée presque partout en Afrique, mais très peu d'appréciation chiffrée est faite au sujet de sa prévalence et encore moins sur son incidence économique. Sur la base des résultats de suivis zootechnique et sanitaire entrepris au Mali (tableau 1) les pneumopathies sont jugées responsables de 40 p.cent à 60 p.cent des 35 p.cent de mortalités annuelles constatées chez les caprins et de 10 p.cent à 40 p.cent des 28 p.cent de mortalités enregistrées chez les ovins (Wilson, 1986; Maïga, 1987; Traoré et Wilson, 1988). Des enquêtes épidémiologiques menées ailleurs dans la région indiquent une prévalence similaire: 20 p.cent à 60 p.cent des causes de mortalité chez les petits ruminants en général et plus de 50 p.cent des causes de mortalité chez les caprins en particulier (Bourdin, 1979; Adeoye, 1985; Faugère et al, 1987).

La nécessité d'une estimation économique des pertes dues aux pneumopathies s'impose. Les tentatives faites à ce sujet sont partielles et ont surtout concerné la peste des petits ruminants(Durojaiye, 1983; Lamorde, 1983; Opasina, 1983). Au Nigéria, les pertes directes dues chaque année à cette maladie étaient évaluées à plus d'un million de Naïra pendant les années 70 (Lamorde, 1983). La gravité de la maladie varie cependant d'un foyer à un autre; rapportées à la tête de chèvre du troupeau, les pertes se chiffreraient entre 1,36 Naïra et 9,15 Naïra (Opasina, 1983).

Tableau 1. Causes de mortalité (p.cent) chez les petits ruminants au Mali central.

Causes

Zone de Niono

Delta central du Niger

Ovins

Caprins

Ovins

Caprins

Pneumopathies

10.6

42.4

39.1

60.5

Varioles

10.0

2.5

27.2

29.3

Malnutrition

16.0

7.6

21.7

-

Fasciolose

27.7

6.6

-

-

Prédateurs

10.6

18.7

-

-

Autres causes

11.2

12.1

9.8

7.5

Causes inconnues

13.3

10.1

2.2

2.7

Les pneumopathies sont aussi responsables d'importantes pertes indirectes, notamment des dépréciations pondérales, des avortements et des mortinatalités (Traoré, 1987).

Considérations étiopathogeniques

L'essentiel des connaissances étiologiques accumulées sur le syndrome pneumopathique est encore bien reflété par le schéma présenté à la figure 1 (Lefèvre, 1985). En effet tout comme au Nigéria (Adeoye, 1984; Obi, 1985) et au Sénégal (Sarr et al, 1987b), les sondages sérologiques effectués en Mauritanie (le Jan et al, 1987) et au Mali (Maïga et Sarr, 1988) ont révélé la présence de presque tous les virus inventoriés: l'adénovirus, l'ecthyma contagieux, la PPR, la variole caprine et la clavelée, le para-influenza 3, le bluetongue et la rhinotrachéite infectieuse des bovins. On note cependant de notables variations dans la prévalence de ces germes d'une zone à une autre (tableau 2).

Les adénovirus, dont la prévalence semble particulièrement forte au Mali (Maïga et Sarr, 1988) et en Mauritanie (le Jan et al, 1987), sont considérés comme très importants dans la genèse des pneumoentérites aigües des jeunes petits ruminants (Bourdin, 1979). Ils sont, de toute vraisemblance, associés à l'étiopathogénèse de la PPR. Ils prolongeraient l'action du virus responsable de cette maladie au risque de masquer son rôle primitif (Sarr et al, 1987a). Les anticorps séroneutralisant le virus de la PPR sont plus fréquemment décelés chez les caprins chez lesquels l'évolution clinique de la maladie est généralement observée (Leforban et al, 1984; Lefèvre, 1985; Traoré, 1987). Cependant, des taux de séropositivité relativement élevés sont quelquefois notés chez les ovins. Ceci pourrait être aussi bien la résultante de réactions sérologiques croisées avec le virus de la peste bovine (Hamdy et al, 1975) que l'indicateur d'évolution subclinique et non pestiforme de la maladie chez l'espèce ovine. Le vieux concept de "pasteurellose ovine" comme entité nosologique univoque trouverait ici son explication (Bourdin, 1979).

Figure 1. Etiopathogénie des "pneumopathies" des petits ruminants.

Tableau 2. Résultats des tests sérologiques aux différents virus à tropisme respiratoire (p.cent) entrepris en Afrique de l'Ouest.

Bien que jusqu'ici aucun foyer clinique n'ait été observé en zone sahélienne, la présence du virus de la bluetongue est très fréquemment signalée (Lefèvre et Taylor, 1983; Sarr et al, 1987a; Maïga et Sarr, 1988). Le rôle de ce virus ainsi que celui des virus para-influenza 3 et rhinotrachéite infectieuse bovine, des virus primitivement rencontrés chez l'espèce bovine sont encore relativement méconnus (le Jan et al, 1987; Sarr et al, 1987a; Maïga et Sarr, 1988).

Il est communément admis que les atteintes primitives virales sont presque toujours relayées par des surinfestations bactériennes et mycoplasmiques (Bourdin, 1979; le Jan et al, 1987; Sarr et al, 1987b). Les résultats d'analyse bactériologique d'écouvillonages nasaux et de prélèvements d'organes chez les sujets malades sacrifiés au Mali (Maïga et Kané, 1988) montrent la participation d'une gamme très variée de germes à l'étiologie des pneumopathies (tableau 3). Cependant, des enquêtes menées au Sénégal et au Nigéria ont montré que les petits ruminants pouvaient être des porteurs sains de certains de ces germes (Doutre et Perreau, 1981; 1983; Ojo, 1987). Le passage du stade de porteur sain au malade se ferait par le biais de l'affaiblissement du système de défense immunitaire, d'où l'importance des facteurs environnementaux tels les stress climatique et nutritionnel (Ojo, 1987; Traoré et Wilson, 1988). A partir des observations faites dans la zone du Mali central, le type d'habitat peut être considéré comme très important dans l'étiopathogénèse de la maladie: les animaux détenus dans des enclos en banco dont les aires de couchage se situent à l'intérieur des concessions semblent moins frappés que ceux parqués sur des espaces plus ouvertes (Killanga, 1988).

Tableau 3. Fréquence d'isolement (p.cent) de différents germes des prélèvements nasopharyngés et des lésions pneumoniques.

Groupe de germes

Prélèvements nasopharyngés (n=75)

Légions pneumoniques (n=44)

Pasteurella spp.

9, 3

13,6

Streptococcus spp.

12,0

22,6

Staphylococcus spp.

32,0

6,8

Micrococcus spp.

-

9,1

Corynebacterium spp.

2,7

4,5

Escherichia coli

26,7

15,9

Klebsiella pneumonies

16,0

4,6

Pseudomonas aeruginosa

-

4,6

Mycoplasma spp.

-

4,6

Enterobacteriaceae spp.

1,3

13,7

Possibilités de lutte contre les pneumopathies

Des tentatives de prohylaxie médicale basée sur la vaccination contre l'une ou l'autre composante étiologique ont eu lieu dans beaucoup de pays. Elles ont surtout été dirigées contre la peste des petits ruminants ou la pasteurellose (Bourdin, 1973; Taylor, 1983; Traoré et Wilson, 1988). Contre la première, si les résultats sont jugés satisfaisants; contre la deuxième ils sont encore peu convaincants.

Notre propre expérience en la matière atteste de la grande complexité du problème de la prophylaxie médicale contre les pneumopathies. Les premières investigations de diagnostic dans des troupeaux de petits ruminants suivis au Mali central avaient conduit à considérer la pasteurellose comme la cause des importantes mortalités notées en saison froide dans la zone (Wilson et al, 1983). C'est ainsi que furent entrepris des essais de vaccinations anti-pasteurelliques dans des troupeaux encadrés. L'analyse des taux de mortalité de la première campagne de vaccination n'a pas pu conduire à une quelconque différence entre lots vaccinés et lots témoin. Ce ne fut qu'au bout de 3 années successives de vaccination que fut notée une tendance à la baisse des mortalités dans les lots vaccinés (tableau 4) mais les résultats sont encore peu satisfaisants. On pourrait penser que l'utilisation de vaccins polyvalents serait la solution idéale. Cependant, les observations faites ailleurs ne sont pas encourageantes et même la préparation d'un vaccin antipasteurellique efficace contre les différents genres et sérotypes de Pasteurella s'est averée problématique (Cameron et Bester, 1983). Une hiérarchisation dans le choix des germes à combattre s'imposera donc nécessairement. On préférera par ailleurs l'utilisation d'autovaccin préparé à partir de souches microbiennes localement isolées aux vaccins tout venant.

L'utilisation systématique de l'antibiothérapie à large spectre chez les sujets atteints se serait révélée rentable lors d'essais effectués au Sénégal (Faugère et al, 1987); une telle approche nécessite cependant un suivi médical continu des troupeaux, ce qui semble pour le moment difficilement envisageable à l'échelle de la région ou du pays. Compte tenu du caractère polyfactoriel de l'affection, on peut espérer réduire l'incidence des pneumopathies en s'attaquant aux facteurs prédisposants ou favorisants que sont les stress climatique et nutritionnel.

Tableau 4. Mortalité (p.cent) consécutive à des maladies à composante pulmonaire chez les petits ruminants vaccinés ou non vaccinés contre la pasteurellose.

Sous-système

Ovin

Caprin

n

Vacciné

Non-vacciné

n

Vacciné

Non-vacciné

Riz irrigué

23

43.5

56.5

61

39.3

60.7

Mil pluvial

18

38.9

61.1

40

40.0

60.0

Toutes localités

41

41.5

58.5

101

39.6

60.4

Conclusions

Les pneumopathies viennent au tout premier rang du tableau pathologique des petits ruminants en Afrique tropicale. Au Mali, comme dans plusieurs pays, elles sont respectivement responsables de 40 p.cent à 60 p.cent des mortalités chez les caprins et de 10 p.cent à 40 p.cent de celles chez les ovins.

Les enquêtes séroépidémiologiques ont révélé l'existence en Afrique de l'Ouest des principaux virus et bactéries à tropisme respiratoire rencontrés ailleurs: les adénovirus, l'ecthyma contagieux, la bluetongue, la PPR, les pasteurelles, les streptocoques, les staphylocoques et les mycoplasmes. Les essais de vaccination entrepris, notamment contre la pasteurellose, n'ont été que d'un impact modéré sur les mortalités.

Compte tenu du caractère polyfactoriel du "syndrome pneumopathique" et de l'importance des facteurs prédisposants, il convient d'envisager une stratégie de lutte intégrée prenant en compte à la fois la prophylaxie médicale et l'amélioration des pratiques de gestion. Des efforts soutenus de recherche sont encore nécessaires pour la précision du rôle joué par les principaux germes en présence.

References

Adeoye S A 0. 1985. Disease profiles of sheep and goats in two groups of villages in southwest Nigeria. In: J E Sumberg and K Cassaday (eds.), Sheep and goats in humid West Africa. International Livestock Centre for Africa, Addis Ababa, Ethiopia.

Bonniwell M. 1983. The results of TCRV in Ghana. In: D H Hill (ed.), Peste des petits ruminants (PPR) in sheep and goats. International Livestock Centre for Africa, Addis Ababa, Ethiopia.

Bourdin P. 1979. Problèmes posés par la pathologie virale du mouton en zone sahélienne et soudano-sahélienne. Revue d'Elevage et de Médecine Vétérinaire des Pays Tropicaux 32: 123-129

Bourdin P. 1973. La peste des petits ruminants et sa prophylaxie au Sénégal et en Afrique de l'Ouest. Revue d'Elevage et de Médecine Vétérinaire des Pays Tropicaux 26: 71-74.

Cameron C M et Bester F J. 1983. The inefficacy of polyvalent Pasteurella multocida vaccines for sheep. Onderstepoort Journal of Veterinary Research 50: 101-104.

Doutre P et Perreau P. 1981. Le portage de Pasteurella spp et de Mycoplasma arginini chez les moutons sains au Sénégal. Revue d'Elevage et de Médecine Vétérinaire des Pays Tropicaux 34: 365-368.

Doutre M P et Perreau P. 1983. Le portage de Pasteurella spp et de Mycoplasma arginini chez la chèvre au Sénégal. Revue d'Elevage et de Médecine Vétérinaire des Pays Tropicaux 36: 11-14.

Durojaiye O A 1983. Brief notes on history epizootiology and the economic importance of PPR in Nigeria. In: D H Hill (ed.), Peste des petits ruminants (PPR) in sheep and goats. International Livestock Centre for Africa, Addis Ababa, Ethiopia.

Faugère O, Leforban Y, Nercy C et N'Diaye M. 1987. Essai de traitement des affections respiratoires des petits ruminants du Siné-Saloum (Sénégal) à l'aide d'une oxytétracycline à longue action. Revue d'Elevage et de Médecine Vétérinaire des Pays Tropicaux 40: 21-32.

Hamdy F M, Dardiri A H, Breese S S et de Boer J C. 1975. Immunological relationship between rinderpest and peste des petits ruminants viruses. Proceedings of the Annual Meeting of the USA Animal Health Association 79: 168-179.

Killanga S. 1988. Influence de la gestion et du statut socio-économique de l'agropasteur sur la productivité des petits ruminants au Mali central. Mémoire M.Sc. Institut de Médecine Tropicale Prince Léopold, Anvers, Belgique.

Lamorde P C. 1983. Opening Address. In: D H Hill (ed.), Peste des petits ruminants (PPR) in sheep and goats International Livestock Centre for Africa, Addis Ababa, Ethiopia.

Lefèvre P C. 1985. Note de réflexion sur les problèmes de santé des petits ruminants en Afrique. Joint IFS/ILCA workshop on small ruminant research in the tropics. Provisional Report No. 14. International Foundation for Science, Stockholm, Sweden.

Lefèvre P C et Taylor W P. 1983. Situation épidémiologique de la fièvre catarrhale du mouton (bluetongue) au Sénégal. Revue d'Elevage et de Médecine Vétérinaire des Pays Tropicaux 36: 241-245.

Leforban Y, Cissokho S, Thioume M et Bourreau F. 1984. Syndrome "peste des petits ruminants" chez la chèvre: observations de foyers et étude expérimentale. Etude de virologie No. 70. Laboratoire National de l'Elevage et de Recherches Vétérinaires, Dakar, Sénégal.

Le Jan C, Sow A D, Tiemoko C, Francois J L et Diouara A. 1987. Pneumopathies enzootiques des petits ruminants en Mauritanie: Situation d'ensemble et approche expérimentale. Revue d'Elevage et de Médecine Vétérinaire des Pays Tropicaux 40: 103-112.

Maïga S. 1987. Principales maladies rencontrées chez les petits ruminants dans le delta du Niger (Mali). Document de programme No. AZ 178. Centre International pour l'Elevage en Afrique, Bamako, Mali.

Maïga S et Kané M. 1988. Etude épidémiologique des pneumopathies des petits ruminants. Résultats préliminaires d'analyses bactériologiques. Document de programme No. AZ 189. Centre International pour l'Elevage en Afrique, Bamako, Mali.

Maïga S et Sarr J. 1988. Situation épidémiologique des principaux virus à tropisme respiratoire chez les petits ruminants au Mali. Document de Programme No. AZ 188. Centre International pour l'Elevage en Afrique, Bamako, Mali.

Obi T U. 1985. Serological survey of some peste des petits ruminants-like viral infections in goats in southern Nigeria. In: J E Sumberg and K Cassaday (eds.), Sheep and goats in humid West Africa. International Livestock Centre for Africa, Addis Ababa, Ethiopia.

Opasina B A. 1983. Epidemiology of PPR in THE humid forest and THE derived savanna zones. In: D H Hill (ed.), Peste des petits ruminants (PPR) in sheep and goats. International Livestock Centre for Africa, Addis Ababa, Ethiopia.

Opasina B A et Putt S N N. 1985. Outbreaks of peste des petits ruminants in village goat-flocks in Nigeria. Tropical Animal Health and Production 17: 219-224.

Ojo 0. 1987. Pathology of young goats. Respiratory diseases. Proceedings of the IVth International Conference on Goats 1: 389-399.

Sarr J, Diop M and Cissokho S. 1987a. Association entre adenovirus apparentés au type 2 bovin et virus de la PPR dans le complexe pneumopathique chez le mouton et la chèvre en zone sahélienne. Etude de virologie No. 54. Laboratoire National de l'Elevage et de Recherches Vétérinaires, Dakar, Sénégal.

Sarr J, Diop M and Cissokho S. 1987b. Données actuelles sur la composante virale dans l'étiologie des pneumopathies chez les petits ruminants en zone sahélienne. Etude de virologie No. 66. Laboratoire National de l'Elevage et de Recherches Vétérinaires, Dakar, Sénégal.

Taylor W P. 1983. The use of TCRV and PPRV to confer immunity to PPR. In: D H Hill (ed.), Peste des petits ruminants (PPR) in sheep and goats. International Livestock Centre for Africa, Addis Ababa, Ethiopia.

Traoré A. 1983. Observations préliminaires au sujet de la vaccination antipasteurellique des petits ruminants et résultats de la première campagne. Document de programme No. AZ 89 . Centre International pour l'Elevage en Afrique, Bamako, Mali.

Traoré A. 1985. Causes de mortalités avant le sevrage chez les ovins et caprins du système agropastoral du Mali central. In: R T Wilson et D Bourzat (eds.), Small ruminants in African agriculture . International Livestock Centre for Africa, Addis Ababa, Ethiopia .

Traoré A. 1987. L'élevage au Mali central: Morbidité et mortalité chez les ruminants sous gestion traditionnelle dans la zone de Niono. Document de programme No. AZ 163. Centre International pour l'Elevage en Afrique, Bamako, Mali.

Traoré A et R T Wilson. 1988. Livestock production in central Mali: Environmental and pathological factors affecting morbidity and mortality of ruminants in the agro-pastoral system. Preventive Veterinary Medicine 6: 61-75.

Wilson R T. 1986. Livestock production in central Mali: Long-term studies on cattle and small ruminants in the agropastoral system. Research Report No. 14. International Livestock Centre for Africa, Addis Ababa, Ethiopia.

Wilson R T, de Leeuw P N et de Haan C. 1983. Recherches sur les systèmes des zones arides du Mali: Résultats préliminaires. Rapport de recherche No. 5. Centre International pour l'Elevage en Afrique, Addis Abéba, Ethiopie.

Long-legged West African Sahel goat in an urban setting in semi-arid Mali


Previous Page Top of Page Next Page